Hashimoto Seiko nommée à la présidence du comité d’organisation des Jeux de Tokyo

Hashimoto Seiko a été officiellement choisie comme présidente du comité d’organisation des Jeux de Tokyo. Afin de maintenir sa neutralité politique, elle a démissionné de son poste de ministre des Jeux olympiques.

Mme Hashimoto a déclaré : « Les Jeux de Tokyo sont dans cinq mois seulement, et nous devons assurer la sécurité du Japon et du monde entier. La question la plus importante est celle de la prévention des coronavirus ».

Cette femme de 56 ans est elle-même une personnalité olympique de premier plan. Elle a participé à quatre Jeux d’hiver en patinage de vitesse et à trois Jeux d’été en cyclisme.

L’ex-championne aura pour tâche de faire avancer les organisateurs au-delà de la controverse internationale déclenchée par son prédécesseur, Mori Yoshiro. Il a démissionné la semaine dernière, après avoir tenu des propos qui semblaient sexistes et qui ont déclenché une polémique internationale.

Lors d’une conférence de presse tenue jeudi, Mme Hashimoto a déclaré qu’elle s’efforcerait d’accélérer la nomination des femmes à des postes de pouvoir au sein du comité.

Mme Hashimoto a émis le souhait suivant : « J’aimerais présenter une nouvelle direction ce mois-ci. L’une des mesures consistera à porter à 40 % la proportion de femmes au sein du comité organisateur et à mettre en place un groupe de travail pour promouvoir la diversité et l’harmonie ».

Mme Hashimoto elle-même n’est pas sans avoir fait l’objet d’un scandale. Elle aurait harcelé un athlète masculin il y a sept ans de cela. Elle a déclaré qu’elle regrettait profondément l’incident et qu’elle assumerait son rôle de présidente pour traiter de la diversité et de l’égalité des sexes.