Japon : l'opposition rejette les explications concernant un scandale qui implique un fils du premier ministre

Au Japon, l'opposition fustige de plus en plus le ministère des Communications, pour sa gestion du scandale suscité par un dîner, jugé malvenu, auquel aurait participé le fils aîné du premier ministre Suga Yoshihide.

Selon des informations recueillies début février par le magazine hebdomadaire Shukan Bunshun, le fils de M. Suga, qui travaille pour une entreprise de diffusion par satellite, aurait invité à dîner, à plusieurs reprises, quatre hauts responsables du ministère des Communications. Ils auraient par ailleurs reçu des cadeaux.

L'hebdomadaire précise qu'il s'agit d'une violation de la loi interdisant aux membres du gouvernement ce genre d'invitations, motivées par l'intérêt de tierces parties.

L'édition en ligne du magazine a fait savoir mercredi que le fils de M. Suga, et l'un des officiels qui dirige la section de l'information et des communications auprès du premier ministre, Akimoto Yoshinori, avaient évoqué les activités de la société de diffusion par satellite, durant l'un des dîners.

Un enregistrement de la conversation a été mis en ligne, sur le site.

Le Parti démocrate constitutionnel et d'autres formations de l'opposition ont rapidement réclamé des explications au gouvernement et à la coalition au pouvoir.

Lors d'une réunion de la commission budgétaire de la Chambre basse, ce jeudi, le ministère concerné a déclaré que M. Akimoto avait reconnu sa prise de parole dans l'enregistrement en question. Il a toutefois affirmé ne pas se souvenir si la conversation avait ou non concerné les activités de la société de diffusion.

La dirigeante adjointe du Parti démocrate constitutionnel, Tsujimoto Kiyomi, a qualifié d'irrecevable l'enquête du ministère, jugée peu sincère et inconsistante.