Boris Johnson condamne les accusations portées contre Aung San Suu Kyi

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a condamné les nouvelles accusations portées contre la dirigeante déchue du Myanmar, Aung San Suu Kyi.

M. Johnson a tweeté : « Les nouvelles accusations contre Aung San Suu Kyi fabriquées par l'armée du Myanmar sont une violation flagrante de ses droits humains. »

Il a ajouté : « Nous sommes du côté du peuple du Myanmar et nous veillerons à ce que les responsables de ce coup d'État soient tenus de rendre des comptes. »

Le ministre des Affaires étrangères, Dominic Raab, a déclaré dans un communiqué : « Les accusations portées contre Aung San Suu Kyi sont politiquement motivées et le dernier exemple de l'armée du Myanmar sapant les politiciens démocratiquement élus. »