Une commission gouvernementale alerte sur le risque de nouveaux séismes puissants

Au Japon, une commission gouvernementale prévient que de forts tremblements de terre pourraient encore secouer le pays au cours des sept prochains jours, après le puissant séisme survenu dans le nord-est samedi soir.

La Commission de recherches sur les séismes a tenu une réunion extraordinaire dimanche, un jour après le séisme de magnitude 7,3 au large de la préfecture de Fukushima. Des tsunamis de 20 cm de haut ont été observés dans le port d’Ishinomaki de la préfecture de Miyagi.

D’après la commission, de nouvelles secousses puissantes pourraient toucher la zone, avec un risque de tsunami dans les régions où les répliques du grand tremblement de terre de 2011 ont été concentrées. Ce risque pourrait peser durablement.

Hirata Naoshi, chef de l’équipe, a d’ailleurs expliqué qu’un tsunami aurait pu avoir lieu si le séisme de samedi avait frappé à un point moins profond et à une plus forte magnitude.

Le séisme du week-end a fortement secoué les préfectures de Fukushima et de Miyagi. Certaines municipalités ont noté une intensité sismique supérieure à 6 sur l’échelle japonaise qui va de 1 à 7.

La région continue d’être touchée par des répliques. Plus de 150 personnes auraient été blessées.