Myanmar : la période de détention d'Aung San Suu Kyi devrait expirer lundi

Au Myanmar, les protestataires exigent la libération d'Aung San Suu Kyi, avant l'expiration, prévue lundi, de son actuelle période de détention.

Des manifestations massives ont eu lieu samedi, pour le huitième jour consécutif. Elles se sont notamment déroulées à Yangon, la plus grande ville du pays, et à Naypyitaw.

Dans la capitale, des moines bouddhistes ont pris part aux manifestations, brandissant des photos d'Aung San Suu Kyi et scandant des appels à la libération immédiate de la leader de facto du pays, ainsi que du président.

Mme Suu Kyi et le président Win Myint se trouveraient assignés à résidence depuis qu'ils ont été arrêtés par l'armée, le 1er février dernier.

Un tribunal a ensuite décidé que leur détention se poursuivrait jusqu'au 15 février.

Un responsable de la Ligue nationale pour la démocratie, le parti dirigé par Aung San Suu Kyi, a accordé un entretien téléphonique à la NHK.

Selon lui, si elle n'est pas convoquée d'ici lundi par le tribunal, les charges retenues à son encontre par l'armée ne seront plus valides.

Il a ajouté que Mme Suu Kyi pourrait être libérée si les militaires se conforment à la loi.

Le général Min Aung Hlaing, qui a pris les rênes du pouvoir suite au putsch du 1er février, a toutefois estimé que l'armée avait agi dans le respect de la loi.