Des parlementaires japonais exhortent à des mesures contre l’armée du Myanmar

Un groupe de parlementaires japonais non partisan demande au gouvernement de prendre des mesures à l’encontre des responsables du coup d’état militaire au Myanmar.

Parmi les parlementaires figurent des membres de la formation au pouvoir, le Parti libéral démocrate, et du Parti démocrate constitutionnel d’opposition.

Mercredi, le groupe a préparé une demande par écrit et devrait la soumettre bientôt au gouvernement.

Le document indique que le coup d’état est absolument inacceptable et le qualifie d’acte scandaleux qui nuit aux efforts faits jusqu’à présent pour la démocratie et qui va à l’encontre des espoirs et des attentes du peuple birman.

Les membres de la Diète indiquent que le gouvernement japonais devrait exhorter l’armée du Myanmar à libérer la dirigeante de facto du pays, Aung San Suu Kyi et d’autres immédiatement et transférer tous les pouvoirs au régime démocratique.

Selon les parlementaires, si l’armée refuse de le faire, le Japon devrait travailler avec les États-Unis et les pays européens pour mettre en place des mesures de sanctions efficaces. Celles-ci incluent une interruption de l’aide financière pour le Myanmar, à l’exception des aides humanitaires.