La police birmane et d’autres perquisitionnent le siège de la LND

Des policiers et des militaires birmans ont effectué une descente au siège du parti politique d'Aung San Suu Kyi.

Cette initiative fait suite à des manifestations massives dans des villes telles que Naypyitaw et Yangon contre la prise de contrôle militaire et la détention de la dirigeante de facto du pays la semaine dernière.

Des sources liées au parti de la Ligue nationale pour la démocratie ont déclaré que personne ne se trouvait à l'intérieur du bureau de Yangon lors du raid de mardi soir. Ils ont ajouté qu'ils l'avaient par la suite trouvé saccagé.

Des observateurs indiquent que le raid faisait partie des efforts de l'armée pour soutenir son affirmation selon laquelle les élections générales de novembre étaient frauduleuses. La LND a gagné par une très forte majorité, mais l'armée rejette le résultat.

Ils disent également que le raid avait peut-être aussi pour but de garder la LND sous contrôle, ses membres ayant fait appel à la communauté internationale pour qu'elle la soutienne.

Une femme, qui participait mardi à une manifestation dans la capitale Naypyitaw est toujours dans le coma après avoir été blessée par balle à la tête.