Le pouvoir et l’opposition au Japon en désaccord sur les propos de Mori Yoshiro

Les camps au pouvoir et de l’opposition au Japon restent en désaccord sur les récentes remarques du chef du comité d'organisation des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo, qui ont été critiquées comme sexistes.

Mori Yoshiro a déclaré lors d'une réunion du Comité olympique japonais la semaine dernière que les réunions du conseil d'administration avec des femmes avaient tendance à s'éterniser parce qu'elles parlaient trop. Il a ensuite rétracté ses propos et s'est excusé.

Mais les commentaires ont provoqué un contrecoup. Environ 390 personnes se sont retirées du volontariat pour les Jeux.

À la Diète, les législateurs de l'opposition demandent la démission de M. Mori. Ils disent que cela nuirait aux intérêts nationaux si quelqu'un ayant émis des commentaires contraires à l'esprit olympique restait à la tête du comité d'organisation.

Alors que de nombreux membres du camp au pouvoir ont qualifié ces remarques d'inappropriées et de décevantes, la direction du Parti libéral démocrate, la principale formation au pouvoir, est d'avis que M. Mori n'a pas besoin de démissionner.

Les dirigeants du PLD expliquent que ce dernier a déjà rétracté ses remarques. Ils soulignent également la nécessité d'accélérer la coordination avec les organisations compétentes et d'autres pays avec l'ouverture prévue des Jeux dans moins de six mois. Ils prévoient d’attendre la décision du comité d'organisation.