Les chefs de la diplomatie du Japon et de l’Australie discutent de la situation au Myanmar

Les ministres des Affaires étrangères du Japon et de l'Australie ont convenu d'exhorter l'armée birmane à libérer la dirigeante de facto du pays Aung San Suu Kyi et d'autres personnes qui ont été arrêtées après un coup d'État la semaine dernière.

Le ministre japonais des Affaires étrangères Motegi Toshimitsu et son homologue australienne Marise Payne ont discuté mardi pendant environ 40 minutes au téléphone, à la demande de la partie australienne.

Ils ont convenu qu'il était important pour le Myanmar de restaurer un système politique démocratique dès que possible.

Ils auraient également évoqué la détention d'un ressortissant australien qui est le conseiller économique d'Aung San Suu Kyi.

Après leur entretien, M. Motegi a déclaré aux journalistes que lui et Mme Payne avaient eu une discussion approfondie sur le Myanmar et partageaient des préoccupations concernant la situation actuelle. Il a ajouté qu'ils avaient confirmé que les deux pays continueraient à travailler en étroite collaboration sur le dossier.