Coronavirus : un an depuis la mort du médecin chinois Li Wenliang

On commémorait dimanche le premier anniversaire de la mort d'un médecin chinois qui avait tenté de tirer la sonnette d'alarme aux prémices de l'épidémie de coronavirus.

Li Wenliang était un ophtalmologue de 34 ans qui travaillait dans un hôpital de la ville de Wuhan.

En décembre 2019, M. Li a envoyé un message d'avertissement, à un groupe de discussion en ligne, concernant de multiples cas de pneumonie dans la ville. Les autorités ont accusé M. Li de diffuser de fausses informations et l'ont réprimandé. Il est décédé le 7 février 2020, victime du nouveau coronavirus.

Les médias chinois n'ont guère évoqué les actions de M. Li à l'occasion du premier anniversaire de sa mort.

Lors d'une exposition sur le contrôle du coronavirus, qui s'est tenue à Wuhan jusqu'à la fin du mois dernier, M. Li a été présenté comme l'un des « martyrs » qui ont consacré leur vie à la lutte contre le virus. Son passé n'a que brièvement été évoqué, et aucune allusion à ses tentatives de tirer la sonnette d'alarme, aux prémices de l'épidémie de coronavirus, n’a été faite.

Mais des informations sur les qualités de dirigeant du président Xi Jinping ont été affichées en évidence sur le lieu de l'événement.

Le défunt médecin avait déclaré qu'il devrait y avoir plus d'une voix, au sein d'une société saine, pour remettre en question la façon dont les autorités contrôlent l'information.

Le gouvernement chinois se méfie apparemment du fait que le souvenir de M. Li pourrait mener à des critiques sur la réaction tardive vis-à-vis de l'épidémie, ou à des revendications au sujet de la liberté d'expression.