La préfecture de Shimane s’attaque aux barrières linguistiques rencontrées par les étrangers lors de consultations médicales

Dans un contexte de propagation du coronavirus, la préfecture de Shimane, dans l’ouest du Japon, prend des mesures pour faire face aux barrières linguistiques et aux autres obstacles rencontrés par les résidents étrangers lorsqu'ils reçoivent des soins médicaux.

Une trentaine de responsables des bureaux et des institutions médicales de la préfecture se sont réunis dans la ville de Matsue vendredi. Ils ont été informés de cas tels que le refus d'examens médicaux à des étrangers, soit parce qu'ils ne parlent pas japonais, soit parce qu’ils ne connaissent pas le système de santé du pays.

Les responsables ont expliqué que les établissements médicaux majeurs qui acceptent des personnes non japonaises peuvent prétendre à des subventions pour le financement complet de tablettes équipées d'une fonction de traduction, ou pour l'installation de panneaux en plusieurs langues.