Nouvelles manifestations au Myanmar, suite au coup d’État militaire

Au Myanmar, les manifestations contre le régime militaire se poursuivent, une semaine après le coup d’État de l’armée.

Cette dernière a déjà formé un nouveau gouvernement et nommé les ministres, ainsi que les hauts responsables d’une mission d’enquête. Aung San Suu Kyi, leader de facto du pays, a été arrêtée lundi dernier, avec le président Win Myint.

Selon l’avocat d’Aung San Suu Kyi, sa cliente est assignée à résidence à Naypyitaw, la capitale, et elle n’a pas le droit de le rencontrer.

Selon une association de défense des droits humains, 152 personnes, dont des personnalités politiques, des fonctionnaires et des étudiants ayant pris part aux manifestations, se trouvaient dimanche en prison.

Des dizaines de milliers de personnes ont défilé le même jour dans les rues de Yangon, la plus grande ville du pays, appelant à la libération des détenus.

A Myawaddy, une ville située à la frontière thaïlandaise, la police a effectué des tirs de sommation à l’approche des protestataires.

Ces derniers prévoient de nouvelles manifestations ce lundi, dans tout le Myanmar. Selon l’antenne de la NHK à Yangon, les manifestants ont commencé à affluer dans le centre-ville, en matinée.