Londres et Tokyo conviennent de renforcer leur partenariat en matière de sécurité

Le Japon et la Grande-Bretagne ont convenu de renforcer leur coopération pour une région Indo-Pacifique libre et ouverte, alors que la Chine y multiplie ses activités maritimes.

Le ministre japonais des Affaires étrangères Motegi Toshimitsu et le ministre de la Défense Kishi Nobuo ont eu mercredi un entretien en ligne avec leurs homologues britanniques Dominic Raab et Ben Wallace, durant près de deux heures. Il s'agissait de la quatrième réunion nippo-britannique de type « deux plus deux ».

M. Motegi a déclaré que Londres et Tokyo partageaient les mêmes grands principes. Il a ajouté que la coopération bilatérale importait plus que jamais en vue de renforcer un droit international fondé sur les valeurs d'ouverture et de liberté.

M. Kishi s'est dit inquiet de la nouvelle loi autorisant les garde-côtes chinois à recourir aux armes. Il a estimé qu'aucune législation ne pouvait enfreindre les règles du droit international.

Les quatre ministres ont évoqué leur préoccupation commune sur la situation qui prévaut en mers de Chine orientale et méridionale. Ils ont convenu d'opposer une vive résistance à toute tentative unilatérale de remettre en cause le statu quo.

Les ministres britanniques ont fait part de leur intention de déployer le porte-avions HMS Queen Elizabeth en Asie de l'Est, dans le courant de l'année. Le Japon a salué l'initiative, observant qu'elle contribuerait à garantir la sécurité de la région Indo-Pacifique.

Les ministres ont par ailleurs confirmé la nécessité de consolider leur coopération sécuritaire via des manœuvres conjointes entre les Forces japonaises d'autodéfense et les Forces armées britanniques.

Ils ont enfin exprimé de vives préoccupations sur la gestion chinoise de la situation à Hongkong, au sujet notamment de la loi sécuritaire instaurée dans le territoire. Cette loi vise à réprimer toute opposition au gouvernement.