Le président du Comité organisateur des JO de Tokyo pense que les femmes ont du mal à être concises

Le président du Comité organisateur des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo a déclaré que les réunions dans lesquelles participent un grand nombre de femmes étaient trop longues.

Cette remarque de Mori Yoshiro est survenue mercredi lors d’une réunion extraordinaire des membres du Comité olympique japonais.

Plus de 50 participants, certains en ligne, ont été informés d’une révision des règles pour nommer de nouveaux cadres en juin et de l’objectif d’un conseil exécutif composé d’au moins 40 % de femmes.

M. Mori s’est exprimé alors que la réunion s’achevait. Il a évoqué un nombre croissant de membres exécutifs féminins de l’Union japonaise du rugby et du football, qu’il dirige depuis longtemps.

Selon lui, les réunions sont deux fois plus longues que d’habitude car les femmes ont un fort esprit de compétition.

Il a affirmé que si l’une des membres lève sa main pour s’exprimer, les autres pensent qu’elles doivent aussi prendre la parole, donc tout le monde s’exprime.

Aucun des participants n’a répondu aux commentaires de M. Mori.

Mizoguchi Noriko, médaillée d’argent aux JO de Barcelone de 1992, est actuellement conseillère au sein de la Fédération nippone du Judo. Elle a publié un message en ligne, déclarant qu’elle pense que les capacités du président, plutôt que celles des femmes participantes, expliquent les longues réunions.

Elle a appelé M. Mori à travailler pour éradiquer les préjugés sexistes, réaliser un esprit olympique et donner l’exemple pour la gestion des sports en tant que dirigeant du comité organisateur.