Aung San Suu Kyi pourrait être détenue pour une période prolongée

Au Myanmar, un tribunal a autorisé la détention de la leader de facto évincée Aung San Suu Kyi et du président Win Myint jusqu’au 15 février.

La Ligue nationale pour la démocratie a publié mercredi un document de la police daté du 1er février. Le document accuse Aung San Suu Kyi d’avoir importé illégalement dix appareils de communication et de les avoir utilisés sans permission.

Win Myint est accusé d’avoir violé les restrictions liées au Covid-19 après avoir salué les candidats durant la campagne électorale en septembre dernier.

La LND indique que le tribunal a autorisé la détention des deux dirigeants politiques jusqu’au 15 février.

Ils seraient assignés à résidence. Des procédures judiciaires semblent montrer que les deux leaders pourraient faire face à une période de détention prolongée.

L’armée birmane a organisé un coup d’État lundi, arrêtant Aung San Suu Kyi et d’autres officiels de la LND. De nombreux parlementaires auraient été libérés.

L’armée a établi un conseil d’administration d’État et nommé 11 ministres et officiels de haut rang dans la police et au Parquet ainsi que des membres de la commission électorale.