Démission d’une parlementaire coupable d’achat de voix

Une membre de la Chambre haute de la Diète japonaise a présenté sa démission deux semaines après avoir été reconnue coupable d'achat de voix lors de l'élection au cours de laquelle elle avait remporté son siège.

Kawai Anri et son mari, l'ancien ministre de la Justice Kawai Katsuyuki, ont été accusés d'avoir versé des pots-de-vin à des politiciens locaux dans la préfecture de Hiroshima avant les élections de 2019 à la Chambre haute.

Le 21 janvier, le tribunal de district de Tokyo lui a infligé une peine de 16 mois de prison avec sursis pendant cinq ans.

La législatrice a présenté sa lettre de démission à la présidente de la Chambre haute, Santo Akiko, mercredi, la veille de la date limite pour faire appel.

Mme Kawai a 47 ans. Après avoir été membre de l'assemblée préfectorale de Hiroshima, elle s'est présentée à la Chambre haute en tant que candidate du Parti libéral démocrate au pouvoir.

Elle a quitté le PLD en juin dernier et a été arrêtée peu après et mise en examen. Elle a affirmé son innocence tout au long de son procès.