Début des discussions salariales annuelles entre le Keidanren et Rengo

Les discussions annuelles du printemps sur les salaires ont commencé entre les entreprises et les syndicats au Japon. Mais le coronavirus pèse significativement sur les négociations cette année.

Mardi, des responsables du Keidanren, la Fédération des organisations économiques japonaises, et de Rengo, la Confédération japonaise des syndicats de travailleurs, ont participé à un forum réunissant chefs d’entreprises et syndicats.

Rengo prévoit de demander une augmentation d’environ 2 % du salaire de base, à condition que les emplois soient maintenus.

La confédération syndicale souhaite de meilleurs traitements pour les travailleurs dits essentiels, notamment le personnel médical et infirmier, et les agents logistiques. Elle souligne que ces personnes sont dans une situation difficile à cause de la pandémie.

Rengo appelle aussi à offrir de meilleures conditions de travail aux employés non permanents.

Mais le Keidanren trouve qu’il n’est pas réaliste d’envisager une augmentation générale des salaires, alors qu’on ne voit pas encore la fin de la pandémie.

Pour lui, la priorité pour les entreprises en difficultés est d’éviter la faillite et de maintenir les emplois.

Les négociations doivent continuer jusqu’en mars.