L’OMS doute que les sportifs devant participer aux JO puissent être vaccinés en priorité

Un expert en gestion des risques à l’Organisation mondiale de la santé a exprimé ses doutes quant à la possibilité que les sportifs olympiques puissent bénéficier en priorité d’une vaccination contre le Covid-19 à l’approche des Jeux de Tokyo.

Michael Ryan, qui dirige le programme des urgences sanitaires à l’OMS, répondait ainsi à une question lors d’une conférence de presse lundi sur la priorité qui pourrait être accordée aux athlètes pour la vaccination.

M. Ryan a indiqué qu’il n’y avait pas suffisamment de vaccins, même pour ceux qui étaient les plus exposés. Il a ajouté que la crise du coronavirus nécessitait d’accorder en priorité l’accès au vaccin au personnel médical en première ligne, aux personnes âgées et aux plus vulnérables.

Il a néanmoins dit : « La décision finale sur les mesures à prendre pour la gestion des risques lors des Jeux et celle concernant la tenue des Jeux elle-même, est du ressort du CIO et des autorités japonaises. »

En novembre, le président du Comité international olympique Thomas Bach s’était dit déterminé à assurer la vaccination des sportifs. S’exprimant devant la presse à Tokyo, il avait soutenu que le CIO couvrirait les frais de vaccination si un vaccin était disponible.

Dick Pound, le membre du CIO le plus longtemps en poste, a déclaré plus tôt ce mois-ci que les athlètes devraient figurer en tête de la liste prioritaire pour les vaccinations.

Selon l’agence France-Presse, le président du Comité olympique français, Denis Masseglia, a indiqué lundi que les sportifs non vaccinés qui se rendraient au Japon pour les JO seraient confrontés à des conditions « extrêmement difficiles », précisant qu’ils devraient subir des quarantaines de deux semaines et être testés le matin et le soir.