Les États-Unis remettent Cuba sur la liste noire du terrorisme

L’administration du président américain Donald Trump indique avoir remis Cuba sur la liste des États qui soutiennent le terrorisme, revenant sur une décision prise par l’ancienne administration de Barack Obama.

Le secrétaire d’État Mike Pompeo a déclaré dans un communiqué lundi que le département d’État avait désigné Cuba comme État parrainant le terrorisme.

M. Pompeo a souligné le fait que le gouvernement cubain avait refusé d’extrader des fugitifs américains soupçonnés d’avoir commis des crimes graves. Il a aussi fait allusion à l’idée que l’agence du renseignement cubain avait « aidé le président vénézuélien Nicolas Maduro à maintenir sa poigne de fer sur sa population ».

Cette décision engendre une interdiction d’exportations et de ventes d’armements américains à Cuba.

L’assistance économique, à l’exception de l’aide humanitaire, est aussi interdite.

Le gouvernement américain avait mis Cuba sur la liste noire en 1982, mais l’administration du président Obama l’en avait retirée en 2015 lors de négociations tenues pour la normalisation des relations entre les deux pays.

Le président-élu Joe Biden a laissé entendre lors de sa campane qu’il souhaitait améliorer les relations avec Cuba en retirant les sanctions imposées par l’administration Trump. Ce geste de l’administration sortante pourrait avoir des répercussions sur la politique du gouvernement de M. Biden envers Cuba.