Tokyo se prépare à une deuxième déclaration de l’état d’urgence

Le premier ministre japonais, Suga Yoshihide, a indiqué que la deuxième déclaration de l’état d’urgence sera plus ciblée que la première au printemps dernier. Des millions de personnes à Tokyo et en-dehors se préparent à cette mesure, alors que le nombre de cas de Covid-19 continue d’augmenter.

Lundi, M. Suga a affirmé : « Nous prenons la situation au sérieux, c’est pourquoi il nous faut envoyer un message plus fort. Je pense que des mesures limitées mais fortes seront efficaces. »

M. Suga a précisé que le gouvernement prendrait une décision finale d’ici jeudi et qu’elle concernerait les préfectures de Tokyo, Kanagawa, Saitama et Chiba. L’état d’urgence restera probablement en vigueur pendant un mois environ.

Cette mesure permet de donner l’autorité légale aux gouverneurs des préfectures de demander la coopération de la population dans la lutte contre le virus. Les quatre gouverneurs exhorteront leurs habitants à s’abstenir de toute sortie non essentielle après 20 heures et demanderont aux bars et aux restaurants de fermer à la même heure.

Au Japon, l’état d’urgence est moins rigide que dans de nombreux pays occidentaux. Jusqu’à présent, le gouvernement a compté sur une coopération volontaire plutôt que sur des règles strictes de confinement.

Mais le premier ministre a dit qu’il allait proposer une révision de la loi à la Diète, qui permettrait d’imposer des sanctions à ceux qui ne se conforment pas aux directives.

Le gouvernement central travaille également avec les autorités locales dans les régions affectées par la pandémie, pour renforcer les restrictions sur les évènements et encourager les entreprises à promouvoir le télétravail.

La région élargie de Tokyo représente maintenant la moitié des cas d’infections confirmés dans le pays. Avec le nombre de patients dans un état grave en augmentation, les gouverneurs de la capitale et des environs mettent en garde contre le risque d’effondrement du système médical.