Danses sacrées pour le Nouvel An dans la préfecture de Kochi

Dans la préfecture de Kochi, dans l’ouest du Japon, un groupe de la ville de Yusuhara a donné des représentations dans un théâtre de la ville pour célébrer le Nouvel An. Les spectateurs ont pu admirer des danses sacrées, chargées de plus de 1 000 ans d’histoire.

Dans un programme populaire, appelé « Daiban », un interprète, symbolisant un démon violent, dansait avec fougue sur de la musique traditionnelle.

L'artiste portait un masque rouge, ses yeux et sa bouche étaient peints en or, et il tenait des branches d'un arbre sacré dans ses deux mains.

Le « démon » a invité les enfants du public, les uns après les autres, à monter sur la scène.

Monter sur scène serait de bon augure pour la nouvelle année, assurant à ceux qui le font d’être en bonne santé. Cette année, l'artiste avait pris des mesures de désinfection en coulisses pour éviter la propagation du coronavirus.

Une mère qui a fait monter sur scène son fils de trois ans et sa fille de onze mois a dit espérer que ses enfants grandiront en bonne santé et que la pandémie ne soit rapidement plus qu’un lointain souvenir afin que tout le monde puisse passer l'année avec le sourire.