Les familles des citoyens nippons enlevés par la Corée du Nord souhaitent un plan stratégique sur la question

Les familles des ressortissants japonais enlevés par des agents nord-coréens espèrent que la nouvelle année sera synonyme de progression du dossier concernant le retour de leurs proches.

Ils appellent à des efforts concrets et stratégiques de la part du gouvernement pour que ces retours soient possibles.

Les parents des ressortissants kidnappés sont maintenant âgés. Deux d'entre eux sont décédés l'année dernière. Il ne reste à présent plus que deux parents encore en vie.

La question de ces enlèvements reste prioritaire pour le gouvernement du premier ministre Suga Yoshihide, qui a pris ses fonctions en septembre dernier. Des officiels du gouvernement indiquent qu'ils vont saisir chaque opportunité afin de résoudre ce problème, bien qu'aucune solution n'ait été trouvée.

Iizuka Shigeo, âgé de 82 ans, est le frère de Taguchi Yaeko, l'une des personnes kidnappées. Il dirige un groupe de proches concernés par ces enlèvements.

M. Iizuka a expliqué à la NHK que la frustration des parents, au sujet de cette situation bloquée, s'était transformée en colère.

M. Iizuka a indiqué qu'il souhaitait que le premier ministre Suga Yoshihide montre ses qualités de dirigeant afin de faire avancer les choses pour qu'un plan d'action clair, permettant de résoudre la question des enlèvements, puisse être mis en place.

Il a ajouté qu'il a souvent rêvé du moment où les ressortissants kidnappés et leurs parents se prennent dans leurs bras au pied de la rampe d'embarquement d'un avion. Il souhaite que les autorités nippones aident à la réalisation de ce rêve.

Selon le gouvernement japonais, des agents nord-coréens ont enlevé au moins 17 citoyens nippons dans les années 70 et 80. Cinq d'entre eux ont été rapatriés après un sommet bilatéral en 2002 mais les autres personnes restent introuvables.