La justice hongkongaise annule la libération sous caution de Jimmy Lai

La Cour d'appel final de Hongkong, plus haute juridiction du territoire, a annulé la libération sous caution du magnat des médias et militant prodémocratie, Jimmy Lai. Il a de ce fait été remis en prison.

Le fondateur du journal Apple Daily, connu pour ses positions critiques de Pékin, est accusé de collusion avec l’étranger, dans le cadre de la législation sur la sécurité nationale de Hong Kong.

M. Lai a appelé la communauté internationale à soutenir le mouvement prodémocratie du territoire. Il a utilisé pour cela les réseaux sociaux et a multiplié les entretiens avec la presse étrangère.

La Haute Cour de Hong Kong avait accordé le 23 décembre une libération sous caution de M. Lai. Elle était assortie de conditions telles qu'une interdiction de quitter son domicile et de publier des messages sur les réseaux sociaux. Le Parquet a fait appel de la décision.

Jeudi, la Cour d'appel final a décidé d’invalider le verdict rendu, jusqu'à ce qu'elle prenne une décision définitive pour autoriser ou non la libération caution. Une audience en appel serait prévue pour le 1er février.

Quatre personnes, dont M. Lai, ont été inculpées pour infraction à la loi sur la sécurité nationale. Les trois autres n'ont pas été libérées sous caution.

La version électronique du journal du Parti communiste chinois, le Quotidien du Peuple, et les journaux de Hong Kong favorables à Pékin avaient critiqué le verdict autorisant une libération sous caution.

Selon ces médias, le bureau du gouvernement central chinois chargé de la sécurité nationale à Hong Kong devrait exercer son autorité juridictionnelle si la justice du territoire « ne peut pas traiter l'affaire correctement ».