Reporters sans frontières : 50 journalistes ont été tués en 2020

L’organisation internationale Reporters sans frontières indique que 50 journalistes ont été tués dans le monde en 2020, dont les deux-tiers dans des pays en paix.

L’organisation basée à Paris a publié son rapport mardi.

Elle indique qu’entre le 1er janvier et le 15 décembre 2020, 50 journalistes ont été tués dans le cadre de leur profession. Le chiffre n’est qu’en baisse légère par rapport aux 53 morts de 2019, malgré la réduction des reportages du fait de l’épidémie de Covid-19.

Le rapport ajoute que 34 des décès ont eu lieu dans des paix considérés en paix.

D’après le document, le Mexique compte le plus grand nombre avec huit journalistes tués. Parmi eux, certains s’intéressaient au lien entre les politiciens et le crime organisé.

Sur l’ensemble des journalistes tués en 2020, 42 ont été sciemment visés et délibérément éliminés. Ils représentent 84 % du total. Cette proportion est en nette augmentation par rapport aux 63 % de 2019.

Le rapport ajoute que 387 journalistes sont actuellement détenus à cause de leur travail, 14 d’entre eux ayant été arrêtés pour leur couverture de la pandémie de Covid-19.

Le secrétaire général de Reporters sans frontières, Christophe Deloire, souligne que les journalistes sont davantage visés quand ils enquêtent ou effectuent des reportages sur des sujets sensibles. Il ajoute : « Ce qui est fragilisé, c’est le droit à l’information, qui est un droit pour tous les êtres humains. »