Des documents déclassifiés montrent l'inquiétude de Margaret Thatcher au sujet de Hongkong

Des documents diplomatiques récemment déclassifiés montrent que l'ancienne première ministre de Grande-Bretagne, Margaret Thatcher, a exprimé son inquiétude au sujet de l'avenir de Hongkong après les événements de la place Tiananmen.

Le 4 juin 1989, l'Armée populaire chinoise de libération fait usage de la force contre des étudiants et des manifestants prodémocratie sur la place Tiananmen, à Pékin. Ces mesures répressives sont à l'origine de nombreux blessés et victimes.

Mme Thatcher a été la première ministre du Royaume-Uni entre 1979 et 1990. Elle a négocié la rétrocession de Hongkong auprès du leader chinois Deng Xiaoping.

La déclaration conjointe de la rétrocession du territoire a été signée en 1984 pour être appliquée en 1997.

Les documents déclassifiés fournissent des détails sur une conversation, datant du 14 septembre 1989, entre Margaret Thatcher et l'ambassadeur nippon de l'époque en Grande-Bretagne, Chiba Kazuo.

La première ministre y détaille ses conversations avec Deng Xiaoping. Elle explique que M. Deng ne comprend pas que le gouvernement britannique soit sujet à des restrictions pénales.

Elle ajoute que M. Deng insistait sur le fait que les lois pouvaient être modifiées pour poursuivre le gouvernement. Elle indique qu'elle pense que les problèmes auxquels la Chine était alors confrontée découlaient de sa façon de penser.

Margaret Thatcher s'était ensuite envolée pour le Japon cinq jours plus tard pour rencontrer l'ancien ministre des Affaires étrangères Nakayama Taro.

Lors de cette rencontre, elle a laissé entendre que les cinq millions de résidents hongkongais devaient ressentir de l'anxiété au sujet du gouvernement, capable de traiter ses propres citoyens de cette façon.

Le maître de conférences de l'Université de Kyushu, Nakashima Takuma, est spécialisé dans l'histoire de la seconde moitié du XXe siècle. Selon lui, ces archives montrent que Mme Thatcher a pu prévoir les événements qui se sont récemment déroulés à Hongkong.

Pour lui, l'idée de Mme Thatcher, selon laquelle l'état de droit était peu respecté par les dirigeants chinois, est d'un grand intérêt d'un point de vue historique.