L'ancien procureur Kurokawa Hiromu devrait être mis en examen, estime une commission d’enquête

Une commission d'enquête estime que Kurokawa Hiromu, l’ancien chef du Parquet de Tokyo, devrait être inculpé pour avoir joué au mahjong alors que le Japon était soumis à l'état d'urgence en raison de la pandémie de coronavirus.

La commission réunit des citoyens choisis au hasard. Elle a considéré que M. Kurokawa a continué à jouer de manière illicite alors qu'il occupait un poste dont la responsabilité est de dissuader les gens de commettre des actes illégaux.

Selon cette commission, l'affaire a eu un impact majeur sur la société et il n'y a pas de circonstances atténuantes à considérer.

En mai, des citoyens ont déposé plainte au pénal contre M. Kurokawa, le soupçonnant de s’être adonné à son jeu favori. L’ancien procureur a reconnu qu'il avait joué au mahjong pour de l'argent avec deux journalistes et un ancien reporter alors que l'état d'urgence était en place. La plainte concernait également les trois membres de la presse.

Les procureurs du district de Tokyo ont décidé en juillet de ne pas les inculper. Ils ont aussi expliqué que les sommes échangées au cours de la journée étaient minimes.

Les citoyens ont demandé un examen de la décision par une commission d'enquête dont les membres ont finalement déclaré que les procureurs avaient été trop indulgents envers leur ancien collègue.

Tout en demandant la mise en accusation de M. Kurokawa, la commission d'enquête a déclaré qu'il était injuste que les procureurs n'aient pas inculpé les trois autres personnes.

La décision de cette commission oblige les procureurs à relancer les investigations.

Même s'ils décident à nouveau de ne pas inculper M. Kurokawa, ce dernier pourrait l’être si une autre commission d'enquête se prononçait une deuxième fois dans ce sens.

En revanche, les enquêtes sur les trois autres participants à la partie de mahjong pourraient être stoppées si les procureurs décidaient à nouveau de ne pas les inculper.