L'assemblée d'Okinawa adopte une résolution sur les agressions sexuelles perpétrées par des militaires américains

L'assemblée préfectorale japonaise d'Okinawa a adopté à l'unanimité une résolution et une déclaration en réponse aux multiples allégations de violences sexuelles impliquant des militaires américains stationnés dans le département.

Cette mesure a été prise lors d'une séance plénière de l'assemblée mercredi.

La résolution est une protestation dirigée contre les États-Unis, notamment contre l'ambassadeur américain au Japon, Rahm Emanuel.

Elle déclare que la violence sexuelle est un crime extrêmement odieux qui porte atteinte à la dignité humaine et ne peut être toléré par les lois et la justice des deux pays.

La résolution appelle la partie américaine à présenter aux habitants d'Okinawa des mesures concrètes et efficaces pour éviter une récidive, comme un renforcement de la discipline.

La déclaration s'adresse au gouvernement japonais, notamment au premier ministre Kishida Fumio.

Elle souligne l'incapacité des autorités d'enquête et du ministère des Affaires étrangères à fournir à la préfecture d'Okinawa et aux municipalités locales des informations sur les graves incidents.

Elle ajoute que cela a suscité des doutes parmi les habitants du département.

La résolution et la déclaration appellent à des excuses et à une indemnisation pour les victimes ainsi que pour les soins de santé mentale.

L'assemblée appelle à des révisions fondamentales de l'accord sur le statut des forces entre le Japon et les États-Unis, affirmant qu'il accorde un traitement spécial au personnel militaire américain au Japon.