Les survivants de la bombe atomique appellent le gouvernement japonais à agir avant le 80e anniversaire

Un groupe de survivants de la bombe atomique et des ONG ont exhorté le gouvernement japonais à prendre des mesures concrètes en faveur de l'abolition des armes nucléaires à l'approche du 80e anniversaire des bombardements d'Hiroshima et de Nagasaki, l'année prochaine.

Des représentants du Réseau japonais d'ONG pour l'abolition des armes nucléaires se sont rendus mardi au ministère des Affaires étrangères à Tokyo. Le groupe est composé de survivants de la bombe atomique et d'organisations de la société civile œuvrant en faveur de l'abolition. Ils ont remis une lettre de requête à un haut responsable du ministère en charge du désarmement.

La lettre souligne que le Japon a un rôle énorme à jouer face à la montée de la menace nucléaire à l’échelle mondiale. Elle demande au gouvernement, en cinq points, de réunir ce mois-ci en Suisse un comité préparatoire pour la prochaine conférence de révision du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires ou TNP.

Les membres du groupe appellent le gouvernement à exhorter les puissances nucléaires à mettre en œuvre leur obligation en vertu du traité de participer aux négociations sur le désarmement nucléaire. Ils souhaitent également que les pays adoptent une politique de « non-utilisation en premier », un engagement à ne pas être les premiers à utiliser ces armes.

Le groupe souhaite également que le gouvernement japonais souligne l'importance du Traité sur l'interdiction des armes nucléaires. Ce dernier interdit le développement, la possession et l'utilisation d'armes nucléaires. Il est entré en vigueur en 2021. Mais les cinq grandes puissances nucléaires et les pays qui relèvent du parapluie nucléaire américain, dont le Japon, n’ont pas adhéré au traité.

Le groupe a déclaré que le responsable n'avait donné aucune réponse directe à ses demandes lors de leur réunion à huis clos.