La Chine critique l'impact d'un navire philippin sur un récif corallien des îles Spratley

Pékin affirme que l'écosystème d'un récif corallien en mer de Chine méridionale a été gravement endommagé par un navire de guerre que les Philippines ont délibérément fait échouer à proximité, il y a un quart de siècle.

Le banc Second Thomas fait partie des îles Spratley revendiquées par la Chine, les Philippines et d'autres pays.

Lundi, le ministère chinois des Ressources naturelles a publié un rapport sur les dommages causés à l'écosystème du récif corallien du lagon, sur la base d'une étude menée entre avril et juin.

Manille a intentionnellement immobilisé le navire militaire au nord du lagon en 1999. Une garnison de la marine philippine stationne sur ce récif.

Selon le rapport, la couverture des coraux constructeurs de récifs dans un rayon de 400 mètres autour du navire a diminué de plus de 87 % par rapport à 2011, un taux de déclin bien supérieur à celui des autres zones étudiées.

De leur côté, les Philippines affirment que la Chine construit des îlots artificiels dans d'autres parties de la mer de Chine méridionale et que Manille étudie leur éventuel impact écologique sur les récifs coralliens.