La pénurie de main-d'œuvre au Japon déclenche une recrudescence des faillites

Au Japon, de nombreux chefs d'entreprise peinent à trouver suffisamment de main-d'œuvre pour rester à flot. Le nombre de faillites déclarées en conséquence a atteint un niveau record au premier semestre de cette année.

Le cabinet d'études privé Teikoku Databank indique que la pénurie de main-d'œuvre au Japon a conduit 182 entreprises au bord du gouffre entre janvier et juin. Ce nombre a augmenté de 72 par rapport à l'année précédente. Il s'agit du chiffre le plus élevé depuis que le cabinet a commencé à en tenir compte.

Cinquante-trois de ces entreprises étaient actives dans le secteur de la construction et 27 dans celui de la logistique. Ces deux secteurs représentent environ 40 % de l'ensemble des faillites.

Selon le cabinet d'études, les nouvelles règles strictes en matière d'heures supplémentaires dans ces deux secteurs ont empêché les entreprises d'attirer de la main-d'œuvre.

Il précise qu'environ 80 % des faillites concernaient des entreprises de moins de 10 employés, ce qui suggère que les petites entreprises ont plus de mal à trouver du personnel.

Les responsables de la Teikoku Databank constatent que de plus en plus d'entreprises proposent des salaires plus élevés pour lutter contre ce problème. Ils affirment que les travailleurs évitent de plus en plus les entreprises qui ne sont pas prêtes à offrir des salaires plus élevés.