Plus de 40 % des logements temporaires à Noto menacés par des coulées de boue et des inondations

La NHK a appris que plus de 40 % des sites d'hébergement temporaires destinés aux personnes touchées par le puissant séisme qui a frappé la péninsule de Noto et les zones avoisinantes le jour de l'An sont menacés par des coulées de boue et des inondations.

Le mois dernier, la NHK a interrogé neuf municipalités de la région de Noto sur le risque de catastrophes qui pourraient être provoquées par la pluie dans les logements temporaires. La saison des pluies dans cette région a commencé le 22 juin.

L'enquête a révélé que sur 159 sites d'habitations temporaires, y compris ceux désignés avant le séisme, 42 % se trouvent dans des zones menacées par les inondations et les coulées de boue.

Parmi eux, 48 sites sont confrontés à un risque d'inondation et 29 à un risque de coulée de boue. Certains sont menacés par les deux.

Les raisons invoquées par les municipalités pour choisir ces zones dangereuses incluent la difficulté d'obtenir des terrains, l’emplacement pratique et les souhaits exprimés par les évacués.

Interrogées sur les mesures visant à protéger les personnes sinistrées d'éventuelles catastrophes, de nombreuses municipalités ont répondu qu’elles distribuaient des cartes de zones de dangers.

Certaines ajoutent qu’elles donnent aux résidents des informations sur les sites et les itinéraires d'évacuation avant leur emménagement. D'autres affirment qu’elles coopèrent avec les associations locales pour s’assurer de la sécurité des résidents en cas de catastrophe.