La Russie aurait envoyé 10 000 citoyens naturalisés sur le front en Ukraine

Un haut responsable russe affirme que près de 10 000 migrants ayant obtenu la citoyenneté russe ont été envoyés sur le front ukrainien.

Le président de la commission d'enquête, Alexandre Bastrykine, a fait cette annonce jeudi.

Il a ajouté que les autorités avaient identifié plus de 30 000 étrangers ayant récemment obtenu la citoyenneté russe mais qui n'étaient pas enregistrés auprès de l'armée.

D'après M. Bastrykine, l'administration a commencé à appliquer les dispositions législatives russes qui obligent les personnes ayant obtenu la citoyenneté à s'inscrire auprès de l'armée et, si nécessaire, à participer à l'opération militaire spéciale. Il a ajouté qu'environ 10 000 d'entre elles ont été envoyées en Ukraine.

La Russie compte un grand nombre de travailleurs originaires des pays d’Asie centrale. Mais la loi obligeant l’enregistrement auprès de l'armée et le déploiement en Ukraine aurait conduit certains de ces migrants à quitter la Russie.

L’armée russe aurait subi de lourdes pertes en Ukraine.

L’Institut américain pour l’étude de la guerre a déclaré que le mécanisme juridique utilisé par le gouvernement russe pour recruter et déployer des migrants récemment naturalisés en Ukraine n’est pas clair. D'après l'institut, le gouvernement russe proposerait aux migrants naturalisés de signer un contrat pour effectuer un service militaire ou pour s'engager dans une unité de volontaires afin d'éviter l'expulsion ou la prison.