Le vice-gouverneur d'Okinawa s’indigne contre les allégations d'agression sexuelle sur une mineure visant un aviateur américain

Le vice-gouverneur du département d'Okinawa, dans le sud du Japon, a exprimé sa vive colère face à l'inculpation d'un membre de l'armée de l'air américaine. Il aurait enlevé et agressé sexuellement une jeune fille de moins de 16 ans.

Jeudi, le vice-gouverneur Ikeda Takekuni a rencontré le général de brigade Nicholas Evans, commandant de la 18e Wing de la base aérienne américaine de Kadena, ainsi que d'autres responsables américains du bureau du gouvernement départemental.

Nicholas Evans n’a pas présenté d’excuses pour l'incident, mais a déclaré : « Je suis profondément préoccupé par la gravité de cette allégation et je regrette toute l'anxiété qu’elle a pu provoquer. »

Il s’est engagé à ce que l'armée américaine coopère pleinement à l'enquête menée par les autorités locales et à la procédure judiciaire.

Le qualifiant d’impardonnable, Ikeda Takekuni a déclaré qu'il s'agissait d'un incident grave et cruel qui bafoue les droits des femmes.

Il a demandé des excuses et une indemnisation pour la victime, affirmant que cet incident pouvait soulever des inquiétudes chez des personnes contraintes de vivre à proximité des bases américaines à Okinawa.

Le vice-gouverneur a protesté contre le fait que la préfecture n'ait pas été informée de l'acte d'accusation déposé en mars jusqu'à ce qu'elle soit contactée par le bureau du ministère des Affaires étrangères d'Okinawa mardi.

Il a également exigé une application plus stricte des mesures de couvre-feu, une compilation et une divulgation rapides des mesures préventives, ainsi qu'une éducation et une gestion approfondies du personnel militaire.

Jeudi également, à l’occasion d'une conférence de presse au bureau du gouvernement préfectoral, les représentants de six groupes civiques d'Okinawa ont appelé au retrait de toutes les bases américaines existantes et à l'interdiction d'en construire de nouvelles.