Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU entend un rapport concernant le Japon

Un comité des Nations unies sur les questions relatives aux entreprises et aux droits de la personne a rendu compte au Conseil des droits de l'homme de l'ONU des résultats de sa première enquête menée au Japon l'année dernière.

Le Groupe de travail des Nations unies sur les entreprises et les droits de l'homme a présenté mercredi son rapport lors d'une session du Conseil des droits de l'homme, à Genève.

Dans le rapport, le groupe se dit « profondément alarmé » par les allégations d'exploitation et d'abus sexuels impliquant plusieurs centaines d’artistes qui ont signé avec l'agence anciennement connue sous le nom de Johnny & Associates.

Le fondateur de l'agence artistique, Johnny Kitagawa, qui aurait commis les abus, est décédé en 2019.

Le rapport ajoute que l'indemnisation versée par l'agence est « encore loin de répondre aux besoins des victimes ».

Le document mentionne également des questions telles que l'écart entre les sexes en matière de salaires et de promotions aux postes de direction, les salaires et les soins de santé des travailleurs impliqués dans les efforts de mise hors service et de décontamination des réacteurs de la centrale nucléaire Fukushima Dai-ichi, ainsi que les longues heures de travail dans l'industrie de l'animation.

Le groupe exprime son inquiétude quant à l'absence d'un organisme indépendant de défense des droits humains au Japon et recommande la création d'un tel organisme pour faciliter les indemnisations.

Nihongi Akimasa, l'une des victimes présumées de Johnny Kitagawa, a envoyé un message vidéo au comité dans lequel il a souligné la nécessité de protéger les enfants.

Il a déclaré : « Les victimes d'agressions sexuelles ne peuvent plus être ignorées, harcelées et réduites au silence. »

Le groupe prévoit de présenter son rapport au Japon au début du mois prochain.