À la fin de la session de la Diète, Kishida Fumio promet d'autres réformes politiques

Les parlementaires japonais ont clôturé la dernière session ordinaire en date de la Diète, alors qu'un scandale financier perdurant depuis des mois pèse sur la principale formation au pouvoir, le Parti libéral démocrate (PLD).

Certains membres du PLD sont accusés d'avoir falsifié des déclarations de financements politiques.

La Diète a adopté en début de semaine une révision de la loi sur le contrôle des fonds politiques. Selon les nouvelles règles, les parlementaires doivent confirmer le contenu de leurs déclarations. Cette mesure vise à accroître la transparence.

Vendredi, le premier ministre Kishida Fumio a déclaré qu'il continuerait à travailler sur les réformes pour "protéger la démocratie".

M. Kishida a également précisé que le gouvernement avait l'intention de créer un organisme indépendant chargé de contrôler les fonds d'activité politique.

Le premier ministre a toutefois refusé de dire s'il allait dissoudre la Chambre basse, alors que des voix s'élèvent pour réclamer des élections anticipées.

Le chef du plus grand parti d'opposition a critiqué la réponse de M. Kishida. Le président du Parti démocrate constitutionnel, Izumi Kenta, a également déclaré qu'il espérait travailler avec d'autres partis d'opposition pour contester la politique du gouvernement.