Le projet de loi révisé sur le contrôle du financement politique est adopté par la Diète japonaise

La Diète japonaise a adopté un projet de loi visant à réviser la loi sur le contrôle des fonds politiques.

Le projet de loi a été approuvé mercredi lors de la séance plénière de la Chambre haute avec une majorité favorable. Le principal parti au pouvoir, le Parti libéral démocrate, PLD, son partenaire de coalition le Parti Komei et d'autres ont soutenu proposition.

Les partis d’opposition ont voté contre. Parmi eux, le Parti japonais de l'innovation, qui avait voté pour lors du vote à la Chambre basse.

La législation adoptée exige que les législateurs confirment dans un document le contenu de leurs rapports sur les fonds politiques. Il s'agit d'introduire un système de «â€¯culpabilité par association ».

Le seuil minimal pour divulguer les noms de ceux qui achètent des billets lors d’une collecte de fonds sera abaissé à 50, soit environ 320 dollars. Le minimum actuel est d'environ 1280 dollars.

Les législateurs seront invités à indiquer comment et quand les fonds destinés aux activités politiques fournis par leur parti ont été utilisés. Ils seront tenus de divulguer les reçus et autres documents pertinents 10 ans plus tard.

Le projet de loi a été présenté par le PLD à la suite d'un scandale de financement impliquant certaines factions du parti.

La législation stipule que les détails sur la manière de garantir le contrôle par des tiers des rapports sur les fonds d'activités politiques devraient être débattus ultérieurement. L’attention se concentre sur la question de savoir si un système efficace sera réellement créé.