Le camp du gouverneur d'Okinawa n’obtient pas la majorité à l’issue du scrutin départemental

Le camp politique soutenant le gouverneur d'Okinawa, dans le sud du Japon, n'a pas réussi à obtenir la majorité lors des élections locales de dimanche. Le gouverneur Tamaki Denny s'oppose au projet du gouvernement central de transfert d’une base militaire américaine, au sein du département.

Soixante-quinze candidats se sont présentés pour 48 sièges à pourvoir, avec un taux de participation établi à 45,26 %, ce qui constitue un record.

Le Parti libéral démocrate (PLD), qui ne soutient pas M. Tamaki, et les formations indépendantes autoproclamées, dont le Parti de l'innovation japonaise et le parti Komei, ont remporté 28 sièges, soit quatre de plus qu'avant les élections.

C'est la première fois en 16 ans que les forces dirigées par le PLD obtiennent la majorité à l'Assemblée.

De son côté, la faction politique locale du gouverneur Tamaki a remporté 20 sièges, soit quatre de moins que lors des élections précédentes. Il s’agit notamment du Parti communiste japonais, du Parti démocrate constitutionnel et du Parti social-démocrate.

Lundi matin, devant la presse, M. Tamaki a déclaré qu'il devait sincèrement accepter l’issue du scrutin et s’interroger sur sa gestion de la politique locale ou sur l’éventuelle insuffisance des efforts déployés.

Il a toutefois réitéré sa vive opposition au transfert de la base aérienne de Futenma du Corps des Marines américains vers le district de Henoko, dans la ville de Nago.

La base est actuellement établie dans une zone densément peuplée de la ville de Ginowan.