Les cas de syndrome de choc toxique streptococcique au Japon atteignent un record

Le nombre de cas de syndrome de choc toxique streptococcique (SCTS) a atteint un record au Japon. L'infection bactérienne se développe rapidement et peut être mortelle.

Le SCTS est souvent causé par les bactéries streptocoques de type A et touche principalement les personnes à partir de la trentaine. Les patients peuvent développer une nécrose des membres et souffrir de défaillances multiviscérales.

L'Institut national des maladies infectieuses du Japon signale que les nombre de cas recensés dans le pays depuis début 2024 s'élevait à 977 en date du 2 juin.

Ce bilan représente 2,8 le chiffre de 2023 pour la même période. Il dépasse aussi le total pour 2023, qui était de 941, alors que c'était le plus élevé jamais enregistré avec la méthode actuelle de collecte de données.

Le professeur Kikuchi Ken de l'Université médicale pour femmes de Tokyo explique que l'on pense souvent que les bactéries du SCTS pénètrent dans le corps par une plaie, alors que dans certains cas, la cause de l'infection ne peut pas être identifiée. Il précise qu'il arrive que des symptômes se développent rapidement après une contusion, par exemple après une chute.

Pour lui, l'augmentation du nombre de cas est préoccupante, car elle indique que quelque chose de nouveau se produit.

Il exhorte la population à appeler immédiatement une ambulance si une enflure se propage rapidement, et en cas de forte fièvre ou de somnolence, car ces symptômes nécessitent des soins médicaux urgents.