Falsification de données : le gouvernement cible Honda

Le ministère japonais des Transports a dépêché une équipe d'enquêteurs dans les bureaux de Honda Motor, dans le cadre d'une enquête sur la falsification de données liées aux tests routiers et à la sécurité des véhicules.

Honda rejoint trois autres constructeurs automobiles qui ont reçu la visite de responsables du ministère, dans le cadre des investigations en cours.

L'équipe du ministère des Transports, composée de cinq responsables, s’est rendue lundi au siège de Honda, à Tokyo.

Selon le ministère, le constructeur a effectué des tests sonores irréguliers sur 22 anciens modèles. Le poids des voitures aurait également dépassé les limites spécifiées, ce qui n’apparaît pas dans les rapports d'essais.

Le ministère affirme en outre que l'entreprise a falsifié, sur certains modèles, les données relatives aux tests de puissance du moteur.

Des enquêtes approfondies sont prévues sur les données utilisées pour l’obtention de la certification routière et de sécurité des véhicules concernés, ainsi que sur les politiques de gestion interne.

Les responsables interrogeront les employés impliqués dans les tests en question, tout comme les cadres.

Honda est le quatrième constructeur automobile à faire l’objet de contrôles gouvernementaux en raison de données irrégulières. Les trois autres sont Toyota, Yamaha et Suzuki.

Le constructeur Mazda a également reconnu, le 3 juin, des irrégularités dans les tests de performance des véhicules.