Iran : disqualification des principaux candidats réformateurs et modérés à la présidentielle

Le gouvernement iranien a dévoilé la liste des six personnes autorisées à se présenter au scrutin présidentiel du 28 juin. Les principaux candidats réformateurs et modérés ont été disqualifiés.

Le ministère de l'Intérieur a annoncé dimanche la liste des candidats pour les élections déclenchées après la mort du président Ebrahim Raïssi dans un accident d'hélicoptère, le mois dernier.

Quatre-vingts personnes ont déposé leur candidature. Le Conseil des Gardiens, une commission notamment composée de juristes islamiques, n'a approuvé que six candidats après avoir examiné leurs qualifications, notamment liées à la loyauté envers les autorités islamiques du pays.

Parmi eux figure le président du Parlement Mohammad Baqer Qalibaf, qui a appartenu au Corps des Gardiens de la révolution islamique. Il s’agit d’un conservateur pur et dur, à l’image de M. Raïssi, dont l’administration était en opposition frontale aux pays occidentaux.

La liste comprend également un autre conservateur radical, Saeed Jalili. Il a été secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale, organisme chargé de la défense nationale et des affaires étrangères.

D’autres réformistes et modérés de premier plan ont néanmoins été disqualifiés, pour des raisons inconnues.

L'ancien président Mahmoud Ahmadinejad, populaire au sein des couches défavorisées, a également été écarté.

Le ministère de l'Intérieur a annoncé que la campagne électorale avait officiellement débuté dimanche.