Le Japon restreint les demandes d'asile dans le cadre d'une loi révisée sur l'immigration

Le Japon commence lundi à appliquer la loi révisée sur le contrôle de l'immigration et la reconnaissance des réfugiés. Les étrangers ayant réclamé le statut d'asile, à trois reprises ou plus, pourraient donc être expulsés à défaut de motifs raisonnables.

Selon les autorités, certains étrangers tentent d'éviter l'expulsion en abusant du sursis accordé lors du traitement de leur demande d'asile.

La loi remaniée permet également aux personnes menacées d'expulsion de vivre sous la surveillance de personnes autorisées, plutôt que dans des centres de détention.

Les services d'immigration affirment avoir été témoin de détentions et de contrôles prolongés de demandeurs d'asile récidivistes, qui refusaient de quitter le Japon pour regagner leur pays d'origine.

La situation rendrait par ailleurs difficile la couverture rapide de ceux ayant réellement besoin de protection.

Les groupes de soutien aux ressortissants étrangers soulignent toutefois les inconvénients de la loi révisée, comme le fait de ne pas garantir une transparence et une équité suffisantes dans les contrôles des demandes d'asile.

Ils considèrent que la législation pourrait entraîner des expulsions vers des pays susceptibles de persécuter les demandeurs d’asile.