Le Vietnam étendrait rapidement ses avant-postes en mer de Chine méridionale

Un groupe de réflexion américain affirme que le Vietnam étend rapidement ses avant-postes en mer de Chine méridionale, région qui fait l'objet de différends territoriaux avec la Chine notamment.

Le Center for Strategic and International Studies a publié son analyse des images satellite, entre autres données.

Selon lui, le Vietnam a construit 2,8 km² de terres sur 10 sites répartis dans l’archipel des Spratleys au cours des six mois précédant le mois de mai.

Il indique également que l'ensemble des travaux de dragage et d'enfouissement du pays a atteint 6,5 km², ce qui équivaut à environ 40 % des zones créées par la Chine grâce à ses propres travaux de poldérisation.

Le centre ajoute que des installations telles que des héliports et des ports temporaires ont fait leur apparition au niveau des avant-postes vietnamiens.

Selon le CSIS, le Vietnam pourrait occuper des avant-postes d'une superficie totale proche de celle de la Chine.

Harrison Pretat, chercheur au CSIS, indique qu’« avec l'expansion de ses installations, le Vietnam pourrait lui aussi commencer à déployer régulièrement un plus grand nombre de navires dans les eaux contestées ».

Il ajoute que cela « pourrait conduire à davantage de frictions avec les navires chinois dans les années à venir ».

Pékin revendique la souveraineté sur la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale. Le pays a mené des projets de poldérisation dans l’archipel des Spratleys afin de transformer les récifs Mischief et Subi en avant-postes militaires.

Le Vietnam, la Malaisie, les Philippines et Taïwan construisent également des ports et des pistes d'atterrissage sur les récifs qu'ils contrôlent.