Pour la première fois, l'ANC sud-africain perd la majorité au Parlement

Le parti au pouvoir depuis trois décennies en Afrique du Sud, le Congrès national africain (ANC), a perdu pour la première fois la majorité des sièges à l'Assemblée nationale.

La commission électorale sud-africaine a annoncé dimanche les résultats des élections législatives de mercredi.

Les résultats révèlent que l'ANC a obtenu 159 des 400 sièges de l'Assemblée nationale. C'est la première fois que le parti ne parvient pas à obtenir la majorité lors d'un scrutin national.

En 1994, l'ANC a remporté les premières élections démocratiques d'Afrique du Sud, ouvertes sans distinctions à tous les citoyens, et Nelson Mandela est devenu le premier président noir du pays.

Mais le soutien au parti a diminué dans un contexte de frustration croissante de la population face à une corruption généralisée, à une économie en berne et à une insécurité aggravée.

Le président Cyril Ramaphosa, qui dirige l'ANC, a déclaré : « En tant que dirigeants de partis politiques, nous avons entendu la voix de notre peuple et nous devons respecter ses choix et ses souhaits. »

L’ANC devrait entamer des négociations de coalition avec d’autres formations, notamment l’Alliance démocratique dirigée par des Blancs, qui a remporté le deuxième plus grand nombre de sièges, et le troisième parti dirigé par l’ancien président Jacob Zuma, qui a quitté l’ANC.

Selon les observateurs, il reste à déterminer si un accord peut être conclu sur les conditions permettant de construire une coalition, pour la formation d’un gouvernement stable.