Le Japon et la Corée du Sud décident de reprendre leurs échanges de hauts responsables de la défense

Le ministre japonais de la Défense, Kihara Minoru, et son homologue sud-coréen, Shin Won-sik, ont convenu de reprendre leurs échanges entre hauts responsables de la défense après un arrêt de six ans. Les échanges avaient été suspendus après un incident impliquant un radar en 2018.

Les deux hommes se sont rencontrés samedi à Singapour en marge du Shangri-La Dialogue, un forum sur la sécurité.

M. Kihara a déclaré qu'il souhaitait discuter de la future coopération en matière de défense, au moment où les liens bilatéraux s'améliorent en raison de la volonté des dirigeants des deux pays.

Les ministres ont confirmé le contenu des mesures de sécurité élaborées par les Forces d'autodéfense japonaises et la marine sud-coréenne pour éviter que l'incident du radar ne se reproduise.

Le Japon affirme qu'un destroyer de la marine sud-coréenne a dirigé un radar de contrôle de tir vers un avion de patrouille des Forces d'autodéfense japonaises au-dessus de la mer du Japon. La Corée du Sud nie cette accusation.

Samedi, les ministres n'ont pas abordé les détails de l'affaire. Les mesures ne le mentionnent pas davantage. Elles précisent toutefois que si l'une des parties considère que les agissements de l’autre représentent un risque et tente d'établir un contact, elle est tenue d’y répondre.

M. Kihara a déclaré aux journalistes que les deux parties maintenaient leurs positions concernant l'incident, mais qu'une nouvelle situation de ce type pourrait causer des préjudices irréparables.

Il a ajouté que la reprise des échanges permettrait d'approfondir les liens bilatéraux et les relations des deux pays avec les États-Unis, et de promouvoir la résolution des problèmes de sécurité.