Séoul s’interroge sur la réponse à apporter après les tirs de missiles de la Corée du Nord

Le bureau présidentiel sud-coréen a convoqué une réunion pour discuter des derniers lancements par la Corée du Nord de ce qui semble être des missiles balistiques à courte portée. Pyongyang aurait également tenté de brouiller des signaux GPS.

Des membres du Bureau de la sécurité nationale de la Maison Bleue et d'autres responsables se sont réunis jeudi matin pour analyser la situation et discuter de la réponse à apporter.

L'armée sud-coréenne a déclaré que la Corée du Nord avait tiré jeudi vers 6h14 plus de 10 projectiles qui seraient des missiles balistiques à courte portée depuis la région de Sunan, près de Pyongyang.

Les missiles présumés auraient volé en direction de la mer du Japon. Au moins un des projectiles aurait parcouru plus de 350 kilomètres.

L'agence de presse Yonhap rapporte qu'il s'agissait de missiles à courte portée que Pyongyang appelle des « obus de roquettes de très grande taille ».

Les chefs d'état-major interarmées sud-coréens ont déclaré que l'armée avait également détecté jeudi matin une tentative de la Corée du Nord de brouiller des signaux GPS.

La tentative de brouillage proviendrait du côté nord de la Ligne de limite du Nord, la frontière maritime intercoréenne de fait dans la mer Jaune.

L'armée a déclaré que des attaques de brouillage similaires avaient également été détectées mercredi. Elle a indiqué qu'il n'y avait eu aucun impact sur les forces sud-coréennes. Mais les médias locaux ont rapporté que certains navires civils avaient rencontré des problèmes d'utilisation de leur GPS.

L'armée sud-coréenne affirme rester vigilante face à d'éventuelles nouvelles provocations de la part du Nord.