Hong Kong arrête 6 personnes pour des publications sur Facebook lors des veillées pour la place Tiananmen

La police de Hong Kong déclare avoir arrêté six personnes soupçonnées d'avoir violé la nouvelle législation sur la sécurité nationale en publiant des messages séditieux sur Facebook et en incitant à la haine envers les autorités.

Les médias locaux rapportent qu'il s'agit des premières arrestations en vertu de la législation entrée en vigueur en mars.

Parmi les six personnes arrêtées mardi, citons Chow Hang Tung. Elle est une ancienne vice-présidente d'un groupe qui organisait des veillées annuelles en mémoire des victimes de la répression de la place Tiananmen le 4 juin 1989.

La page Facebook en question présente des publications sur les veillées passées.

La police affirme que les suspects visaient une « date sensible à venir », faisant apparemment référence à l'anniversaire de l'incident.

Elle affirme également que ces messages visaient à provoquer la haine envers le gouvernement chinois et l’Exécutif de Hong Kong et à inciter les internautes à organiser ou à participer à des activités illégales.

Les veillées du 4 juin ont eu lieu pour la dernière fois en 2019, alors que le gouvernement avait réprimé la commémoration en 2020 en invoquant la menace du coronavirus.