Les survivants de Papouasie-Nouvelle-Guinée sont en danger en raison des livraisons de secours entravées

Un responsable d'une organisation humanitaire internationale a déclaré que les efforts visant à acheminer le personnel d’aide et les fournitures de secours sur le site du glissement de terrain meurtrier de vendredi en Papouasie-Nouvelle-Guinée sont entravés.

Des foules de personnes en deuil se sont rassemblées dans la province septentrionale d'Enga. Jusqu'à présent, les corps de six personnes ont été retrouvés, mais le gouvernement affirme que le nombre de morts pourrait atteindre au moins 2000, soit bien plus que les 670 estimés par une agence des Nations unies.

Igarashi Maki, directrice nationale de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, a déclaré à la NHK que les opérations de secours et d’assistance sont ralenties parce que l'autoroute principale et d'autres routes sont toujours bloquées, et en raison du risque de nouveaux glissements de terrain.

Elle s'inquiète également du soutien apporté aux survivants, affirmant qu'il y aura des problèmes de malnutrition et de maladies infectieuses.

Elle a ajouté qu'il est important que les survivants bénéficient de soins de santé mentale en raison de la « dévastation inimaginable » causée à leur communauté.

L'ONU affirme que le nombre total de personnes touchées, y compris celles qui devront être évacuées et relocalisées, pourrait atteindre près de 8000 sur la base des données de 2022.

Selon ce rapport, environ 40 % de la population a moins de 16 ans.