La Corée du Nord pourrait avoir utilisé un nouveau moteur de fusée avec le soutien de la Russie

Selon des experts sud-coréens, la Corée du Nord pourrait avoir utilisé un nouveau type de moteur de fusée mis au point avec l'aide de la Russie pour le lancement manqué, lundi, de ce qu'elle affirme être un satellite de reconnaissance militaire.

L'administration nationale de la technologie aérospatiale de la Corée du Nord a déclaré tôt ce mardi qu'une nouvelle fusée transportant un satellite de reconnaissance militaire avait été lancée lundi soir, mais qu'elle avait explosé en plein vol.

L'état-major interarmées de l'armée sud-coréenne a diffusé mardi des images prises la veille par un navire de patrouille à l'ouest de la péninsule coréenne. La vidéo montre un éclair de lumière au-dessus de la mer Jaune, apparemment dû à une explosion.

Dans une conclusion préliminaire, l'agence aérospatiale nord-coréenne a attribué l'échec du lancement à un nouveau moteur « à oxygène liquide et à pétrole ».

Selon des experts sud-coréens, ce nouveau moteur utiliserait du kérosène en plus de l'oxygène liquide et pourrait avoir été introduit à la hâte avec l'aide technique de la Russie. Pyongyang a déjà utilisé un autre type de carburant liquide par le passé.

Les médias sud-coréens ont cité des sources gouvernementales du pays affirmant que de nombreux ingénieurs russes s'étaient rendus en Corée du Nord et que des essais de combustion de moteurs avaient été effectués à plusieurs reprises.

Les experts estiment que la Russie pourrait apporter un soutien encore plus important à la suite de l'échec du dernier lancement.