L'assemblée annuelle de l'OMS s'ouvre sur fond de divergences concernant le traité sur les pandémies

Les États membres de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) débattent des enjeux médicaux et sanitaires internationaux à l'occasion de l’assemblée annuelle qui se tient en Suisse.

Le sommet a débuté lundi à Genève, en présence de représentants de 194 États membres.

L'un des principaux points à l'ordre du jour est la révision du règlement sanitaire international, qui fournit un cadre définissant les obligations des pays en matière de gestion des urgences susceptibles de franchir les frontières.

Les discussions de l’assemblée pourraient également déboucher sur l'adoption d'un traité sur les pandémies visant à renforcer la préparation des pays du monde entier à de futures épidémies.

L'idée d'un traité sur les pandémies a été lancée au vu des disparités entre pays dans la lutte contre le Covid-19. Le pacte proposé comprend des mesures visant à soutenir les pays en développement.

Les négociateurs ont tenté sans succès de parvenir à un accord sur un traité sur les pandémies avant l'assemblée de l'OMS. Les pays en développement et les pays développés sont restés divisés sur la question de la distribution des vaccins, entre autres points, après deux ans de négociations.

Le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré qu'il restait persuadé que les pays membres parviendraient à un consensus sur l'accord. Il a expliqué que « lorsqu'il y a une volonté, il y a un résultat ».