Des chercheurs japonais confirment les résultats des données provenant d'une roche lunaire

Des chercheurs japonais, analysant les données recueillies par une sonde spatiale qui s'est posée sur la Lune en janvier, ont confirmé l'existence de l'olivine, un minéral clé qui pourrait aider à répondre aux questions sur l'origine du satellite naturel.

Le Smart Lander for Investigating Moon, ou SLIM, est devenu le premier appareil japonais à se poser avec succès sur la surface lunaire.

Une équipe composée de chercheurs des universités Ritsumeikan et Aizu, entre autres, a dévoilé ses conclusions lundi lors d'une réunion universitaire organisée dans le département de Chiba, près de Tokyo.

Les chercheurs ont analysé des images de roches à la surface de la lune prises par la caméra de la sonde.

Ils affirment avoir obtenu des données qui montrent l'existence d'un minéral appelé olivine, qui pourrait se trouver dans les profondeurs de la Lune. Ils ont indiqué vouloir étudier en détail la composition chimique de ce minéral.

Ohtake Makiko, professeure à l'université d'Aizu, explique qu'ils ont pu recueillir des données qu'ils attendaient depuis longtemps. Elle ajoute que cette découverte a fourni des résultats extrêmement prometteurs.